Ordonnances de l’Hôtel

Cette édition des ordonnances de l’Hôtel du roi constitue pour l’ensemble des textes la première édition. En effet, elles n’ont, pour la plupart, pas été incluses dans l’édition du XVIIIe siècle des ordonnances royales (Ordonnances des Roys de France de la troisième race… Paris, 1725-1849. 22 vol. in fol.).

Le manuscrit de base est constitué du registre JJ 57 conservé aux Archives nationales. Quelques textes toutefois n’y figurent pas et on a trouvé alors ces documents dans les manuscrits Clairambault 832 et 833 de la Bibliothèque nationale de France ou bien dans des registres ou copies de registres provenant des archives dispersées de la Chambre des comptes, classés dans les manuscrits français ou latin : latin 12814, fr 7855, fr. 16600, fr. 20853. On a utilisé aussi aux Archives nationales P 2289.

Rares sont les ordonnances de l’Hôtel pour lesquelles on dispose de plusieurs versions signifiantes – les copies et recopies d’époque moderne ne présentant souvent qu’assez peu d’intérêt. Dans le cas où les variantes étaient intéressantes, on les a indiquées en note.

Les ordonnances de l’Hôtel sont les textes réglementaires pour l’organisation de l’Hôtel du roi, c’est à dire l’ensemble des services qui ont la charge de la vie quotidienne du roi. L’Hôtel est divisé en six « Métiers », depuis Saint Louis au moins qui sont la Paneterie, l’Echansonnerie, la Cuisine, la Fruiterie (ou Cire), l’Ecurie et la Chambre. Mais les six métiers ne constituent pas à eux seuls tout l’Hôtel. Il faut y ajouter d’une part la Fourrière, qui dès le milieu du XIIIe siècle prend en charge le logement et la gestion des résidences royales et qui gagne en importance au fur et à mesure que croît le « Commun », constitué de tous les serviteurs de l’Hôtel qui doivent aussi être logés, nourris, chauffés etc. Et sont présents auprès du roi le chancelier et les notaires de la chancellerie, l’aumônier, le confesseur, les chapelains, les clercs de la chambre aux deniers – qui gère financièrement l’Hôtel – et les maîtres de l’Hôtel dès le début du XIVe siècle.

La nature des textes des ordonnances de l’Hôtel est complexe1 . En effet on les connaît essentiellement par le registre JJ 57 qui fut rédigé pour ou par la Chambre des comptes. Celle-ci conservait dans ce registre des textes destinés à faciliter son travail de contrôle des dépenses de l’hôtel du roi. Les détails de la vie quotidienne et de l’organisation matérielle ne l’intéressait pas. Il faut donc avoir recours à d’autres documents pour saisir la réalité de l’Hôtel du roi2.

Pour consulter l’édition : http://www.cn-telma.fr/ordonnances/table/

  1. Voir sur ce point E. Lalou, Les ordonnances de l’Hôtel des derniers Capétiens directs dans Höfe und Hofordnungen, (1200-1600) 5. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen veranstaltet gemeisam mit dem Deutschen Historischen Institut Paris und dem Staatsarchiv Sigmaringen. Sigmaringen. 5 bis 8 Oktober. 1996. Holger Kruse et Werner Paravicini éds. Thorbecke, 1999. p.91-102. []
  2. Voir E. Lalou, Essai sur l’Hôtel du roi, XIIIe-XIVe siècle, Habilitation à diriger des recherches, 2003, ainsi que E. Lalou « Chancellerie et Hôtel sous Philippe le Bel » dans Ecrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais, Actes du Colloque international de Montréal, sept.95, 1997, p. 13-24. et « Enguerran de Marigny et l’évolution du métier de la chambre du roi » dans Finances, pouvoirs et mémoire. Hommages à Jean Favier. Jean Kerhervé et Albert Rigaudière éds. Paris, Fayard, 1999. p. 269-278. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.