Lettres d’Yves de Chartres

Reprendre l’édition et la traduction de la correspondance du grand canoniste Yves, évêque de Chartres de 1090 à 1115, paraissait nécessaire. La multiplicité et la diversité de ses correspondants illustre son rayonnement, les questions qu’on lui pose révèlent les sujets qui préoccupent la société, les réponses qu’il apporte prouvent l’utilité de ses compilations canoniques…

Reprendre l’édition et la traduction de la correspondance du grand canoniste Yves, évêque de Chartres de 1090 à 1115, paraissait nécessaire1. La multiplicité et la diversité de ses correspondants illustre son rayonnement2, les questions qu’on lui pose révèlent les sujets qui préoccupent la société, les réponses qu’il apporte prouvent l’utilité de ses compilations canoniques sur lesquelles il s’appuie et l’on voit donc les règles de droit dans leur application directe et concrète3. Si l’on aimerait que ses lettres soient plus personnelles, on devine à travers elles les traits de sa personnalité. Ferme et rigoureux, il n’hésite pas à défendre le droit, même contre le roi ou les puissants, son point de vue face au pape; fervent défenseur de la réforme, il rappelle les règles à suivre, tout en étant attentif aux problèmes de ses correspondants. Il écrit dans un style simple et efficace, avec un vocabulaire courant, mais sans renoncer aux figures de style habituelles, antithèses, jeux de mots, allitérations etc.

Actuellement, il n’existe que des éditions incomplètes des lettres d’Yves. Don Jean Leclercq a édité en 1949 les soixante-dix premières lettres4. La Patrologie latine5 reprend l’édition de François Juret6, remarquable pour son époque, revue par Jean-Baptiste Souchet7. Mais l’annotation ne correspond plus à nos critères actuels et une traduction peut être très utile. Lucien Merlet8 a publié en 1885 une édition française des lettres, d’après un manuscrit de Chartresdétruit pendant la dernière guerre mondiale, mais l’ouvrage est rare; et si la traduction, non accompagnée du texte latin, presque sans notes, montre une bonne compréhension du texte, elle paraît trop éloignée de nos critères actuels de précision et ne rend pas compte du style d’Yves. Plus récemment, Jean Leclercq avait entrepris une édition de la Correspondance dont seul le premier tome a vu le jour9.

Le problème d’une édition d’Yves de Chartres tient d’une part dans le très grand nombre de manuscrits, plus d’une centaine, contenant soit des choix soit l’ensemble des lettres, et d’autre part dans l’absence d’étude paléographique qui permettrait de les hiérarchiser. Christof Rolker en a donné une liste qu’on peut considérer comme exhaustive dans un article en ligne, «Manuscripts of Ivo’s Correspondence»10.

Vu la dispersion de ces manuscrits, je m’en suis tenue à la collation de six d’entre eux. J’ai naturellement choisi des représentants des types I et II décrits par Jean Leclercq. Sur les conseils de Christof Rolker j’y ai ajouté deux représentants des manuscrits qu’il considère comme parmi les plus anciens : the Jesus collection et the Rochester group.

Pour consulter l’édition : http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/page/introduction

  1. Grâce à cette édition, le chercheur pourra avoir à sa disposition un corpus récent de correspondances à peu près contemporaines et de régions assez proches, Fulbert de Chartres, éd. F.Behrends, Lambert d’Arras, éd. Claire Giordanengo, Geoffroy de Vendôme, éd. G. Giordanengo. Il manquera Hildebert de Lavardin ! []
  2. Cent quarante correspondants environ et deux cent quatre-vingt sept lettres conservées. []
  3. Très rares en effet sont les citations canoniques qui ne sont pas présentes dans l’une ou l’autre de ses collections, mais Yves cite toujours la source originelle et non sa compilation. []
  4. Yves de Chartres, Correspondance, t. 1, Les classiques de l’histoire de France au Moyen Age, Belles Lettres, Paris, 1949. J’ai préféré refaire les 70 lettres de son édition, n’ayant pas tout à fait le même choix de traduction ni la même méthode pour citer les sources. []
  5. PL CLXII, col. 11-504 (297-504 pour les notes). []
  6. Ivonis, Carnotensis episcopi, epistolae, Paris, 1585. []
  7. Paris, 1647. []
  8. Lettres de saint Ives évêque de Chartres traduites et annotées par Lucien Merlet, Chartres, 1885. []
  9. Yves de Chartres, Correspondance, t. 1, Les classiques de l’histoire de France  au Moyen Age, Belles Lettres, Paris, 1949. J’ai préféré refaire la traduction et l’annotation des 70 lettres de son édition, n’ayant pas toujours le même choix de traduction ni la même méthode pour citer les sources. []
  10. Christof Rolker en relève 117, «Manuscripts of Ivo’s Correspondence», Appendice de sa thèse, Canon law and the letters of Ivo of Chartres, Cambridge, 2006, non repris dans l’édition de sa thèse, Canon law and the letters of Ivo of Chartres, Cambridge, 2009. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.